La biodiversité

Les abeilles et les néonicotinoïdes

Le rapport de l’IPBES, publié le 22 février, rappelle l’importance de la pollinisation pour la sécurité alimentaire mondiale. 75% des cultures vivrières du monde dépendent, d’une manière ou d’une autre, de la pollinisation par les animaux. Or, d’après l’UICN 16,5 % des vertébrés pollinisateurs sont menacés d’extinction.

Selon l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments, la plupart des utilisations des pesticides néonicotinoïdes posent un risque pour les abeilles sauvages et pour les abeilles domestiques. L’EFSA a d’ailleurs actualisé en février son évaluation des risques pour la clothianidine, de l’imidaclopride et du thiaméthoxame.

Ce vendredi 27 avril, les représentants des Etats membres de l’Union européenne ont décidé d’interdire ces trois substances sur toutes les cultures de plein air.

Il faut noter qu’aujourd’hui le taux de mortalité chez les abeilles est de 30 % en France (il était de 5% en 1990). Cette évolution fatale pour les abeilles peut se nommer le « Syndrome d’effondrement des colonies d’abeilles »

Extrait de l’émission – Le silence des abeilles (2007) – Nat Geo Wild

D’après l’ANSES, il existe différents états d’anormalité d’une colonie d’abeilles.

Abeilles anormalité
Les différents états d’anormalité d’une colonies d’abeilles – Anses – 2009

L’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (anciennement l’AFSSA) a établi en 2009 un rapport qui recense les causes possibles de mortalité des colonies d’abeilles:

  • les agents biologiques (Varroa destructor, Nosema cerenae, CBPV…),
  • les agents chimiques par le biais des produits phytosanitaires (pesticides…),
  • l’environnement à travers l’alimentation, les facteurs climatiques, les champs électriques et magnétiques ou les pratiques agricoles,
  • les conditions de production intensive ou de certains ruchers, la qualité et la quantité de pollen disponible…

La mortalité des abeilles est donc une problématique multifactorielle avec une grande diversité de causes probables provoquant des effets isolés ou de synergies. La compréhension de cette dimension systémique est essentielle pour essayer d’enrayer le problème.

La volonté d’agir sur les causes chimiques enclenche un véritable bras de fer entre les défenseurs de l’environnement à l’image de l’ONG Générations futures et les agriculteurs ou les lobbies de produits phytosanitaires.

Un document de l’Union Nationale de l’Apiculture Française (L’UNAF) rassemble les différentes interdictions ou restrictions d’usage des produits néonicotinoïdes en Europe et dans le monde. Il permet de prendre conscience que cette problématique inquiète aussi bien l’Europe que le Canada ou les États-Unis.

Pour aller plus loin:
Les néonicotinoïdes
– ANSES
EFSA
– IPBES

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s