Portrait

Portrait#5 – Edgar Morin – 100 ans au service du monde

Edgar Morin est un philosophe et un sociologue français né en 1921 à Paris. Il est une figure emblématique de la pensée complexe. Il est notamment l’auteur de nombreux ouvrages comme « la tête bien faite: repenser la réforme, réformer la pensée » (1999), « relier les connaissances, le défi du XXIè siècle » (1999) ou « les sept savoirs nécessaires à l’éducation du futur » (2000) qui forment une trilogie sur les fondamentaux à adopter pour l’enseignement.

Mais sa principale œuvre reste « La méthode », ce travail d’une vie (de 1977 à 2004) comprenant six volumes pour un total de plus de 2500 pages aborde des notions comme la connaissance, le langage, la logique, l’information ou encore le monde du vivant.

Pour les lecteurs, il y a un avant et un après « La méthode ». Cette « encyclopédie » est la pierre triangulaire pour appréhender toute la complexité du monde.

Les 6 ouvrages de La méthode – Edgar Morin – Éditions Points – 2014

Afin de tenter de penser et de s’approprier la complexité, Edgar Morin avance le principe de « reliance ». Cette notion qui vise à relier ce qui a été dissocié dans nos pensées: les contradictions, les disciplines, les causes, les effets, les idées morcelées ou classées pour former un tout comprenant également l’identité de chaque élément constituant.

Edgar Morin avance 7 principes pour tendre vers cette manière de pensée:

  1. Le principe systémique ou organisationnel
  2. Le principe hologrammatique
  3. Le principe de boucle rétroactive
  4. Le principe de boucle récursive
  5. Le principe d’autonomie / dépendance
  6. le principe dialogique
  7. Le principe de réintroduction du connaissant dans toute connaissance

« Quand je parle de complexité, je me réfère au sens latin élémentaire du mot « complexus », « ce qui est tissé ensemble ». Les constituants sont différents, mais il faut voir comme dans une tapisserie la figure d’ensemble. Le vrai problème (de réforme de pensée) c’est que nous avons trop bien appris à séparer. Il vaut mieux apprendre à relier. Relier, c’est-à-dire pas seulement établir bout à bout une connexion, mais établir une connexion qui se fasse en boucle. Du reste, dans le mot relier, il y a le « re », c’est le retour de la boucle sur elle-même. Or la boucle est autoproductive. À l’origine de la vie, il s’est créé une sorte de boucle, une sorte de machinerie naturelle qui revient sur elle-même et qui produit des éléments toujours plus divers qui vont créer un être complexe qui sera vivant. Le monde lui-même s’est autoproduit de façon très mystérieuse. La connaissance doit avoir aujourd’hui des instruments, des concepts fondamentaux qui permettront de relier » Edgar Morin – « La stratégie de reliance pour l’intelligence de la complexité », in Revue internationale de systémique, vol. 9, n° 2, 1995

Ce travail encyclopédique colossal a installé les bases d’une nouvelle approche du monde et des interactions dans nos sociétés. Cette manière de penser le monde est primordiale pour aborder les notions de protection de l’environnement dans nos modèles économiques. En effet, pour répondre correctement aux questions sociétales, environnementales ou économiques que nous nous posons il est déterminant de penser la complexité et de viser la transdisciplinarité. Cette vision du monde est un des piliers essentiels pour affronter la réalité et préparer le futur.

Une œuvre magistrale à découvrir ou redécouvrir sans modération. Merci M. Morin.

Le défi de la complexité – Edgar Morin à USI – Conférence – 2014

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s