Développement humain

Plaidoyer pour une solution

L’enjeu de notre développement et de notre coexistence a une forte connotation métaphysique. [1] Les problèmes économiques, sociaux, moraux ou existentiels que nous rencontrons donnent la possibilité à chacun d’exprimer et de défendre une conviction personnelle basée sur ses propres croyances, son histoire et son mode de vie. Toutes les solutions proposées aux innombrables problèmes seront forcément atypiques et individualisées dans un monde pourtant interconnecté, complexe et systémique.

Aujourd’hui, nous sommes de toute évidence devant un paradoxe. Nous sommes à la fois conscient de la finitude de la planète [2] mais aussi inconscient de notre raison d’être. Or, en tant qu’être humain ce n’est pas la planète qu’il faut tenter de sauver mais notre humanité. [3] Cependant, l’obstacle des changements à opérer nous tétanise [4] et rien ne nous oblige à utiliser notre existence pour participer à cette tâche.

Le pragmatisme de la résilience face au risque supposé d’effondrement facilite la vie à bien des égards. Au final, notre conscience [5] et notre responsabilité [6] sont les deux seuls moteurs pouvant justifier notre mobilisation pour assurer un présent bienveillant et viser un futur conciliant.

Pour ma part, j’ai fait mon choix, certes, dans l’ignorance subtile de mon existence mais en adéquation avec mes valeurs et mes convictions. « Il ne faut pas chercher à être un despote éclairé qui dicterait aux humains les comportements à adopter pour évoluer vers le bonheur universel mais il vaut mieux opter pour un réalisme bien concret qui vise à agir au perfectionnement du monde à partir de l’endroit et du temps où nous nous trouvons » explique R. Lassus. [7]

Je m’engage donc à mon échelle, conscient de mes choix et responsable de mes actes, tendant vers un idéal social, économique et environnemental que je considère comme acceptable. Ma solution apparait ainsi comme le point d’ancrage d’une ambition porteuse de sens pour mes valeurs.

Au vue de la complexité de la situation, personne n’est en mesure de vous dire quoi faire pour la planète donc avant de vouloir changer le monde, commencez déjà par aimer le vôtre.


[1] Burbage Frank, Philosophie du développement durable. Enjeux critiques. Presses Universitaires de France, « Philosophies », 2013, 160 pages. ISBN : 9782130592020. DOI : 10.3917/puf.burba.2013.01. URL : https://www.cairn.info/philosophie-du-developpement-durable–9782130592020.htm

[2] D. H. Meadows et J. Randers, Limits to Growth. White River Junction, Vt: Chelsea Green Publishing Co, 2004.

[3] http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/2015/06/08/ce-nest-pas-la-planete-quil-faut-sauver-cest-nous/

[4]  IFG, Parenthèse Culture 22 – Etienne Klein – L’Energie.

[5] https://www.youtube.com/watch?v=qzQBFlFdRPk – E.O. Wilson explains the meaning of human existence

[6] https://www.cairn.info/revue-vraiment-durable-2012-1-page-33.htm

[7] R. de Lassus, L’ANALYSE TRANSACTIONNELLE. Alleur: Marabout, 1999.

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s