Développement humain

Bienvenue à Agbogbloshie

Agbogbloshie est une banlieue d’Accra au Ghana connue pour une triste réalité. Cette ville dispose d’une des plus grandes décharges de déchets électroniques au monde. Cette version de l’histoire, c’est le point de vue de certains journalistes et photographes comme Kai Loffelbein.

Robin Ingenthron spécialiste du recyclage apporte des précisions sur la situation à Agbogbloshie.
Premièrement, il explique sur son blog que le problème des fumées avancés dans les reportages ne vient pas spécialement des décharges. Les fumées proviennent essentiellement de la circulation, des générateurs diesel, des poêles à charbon, des fondeurs et des feux de pneus.

Ensuite, il explique que la zone en question est vraiment infime en comparaison de l’ampleur du problème présenté par les journalistes.

AccraPerspectiveAgboMap
En jaune et bleu « Old Fadama et Agbogbloshie – retroworks.blogsport.fr R. Ingenthron

Ces déchets proviennent majoritairement des pays occidentaux et des appareils jetés par des millions de foyers ghanéens dans les années 90. En effet, L’Afrique dispose de normes environnementales et sociales assez peu contraignantes.

La gestion des déchets est un processus complexe. Par exemple, comme l’explique une experte en e-waste dans un article du média suisse « Le temps », la Chine est effectivement le plus gros producteur de déchets au monde mais elle a aussi une industrie de recyclage fleurissante. Le problème vient de certains pays qui n’ont pas les moyens (ou la volonté) de déployer des systèmes de recyclage et qui exportent leurs déchets en Chine ou en Afrique.
Robin Ingenthron expose une partie de cette complexité de la gestion des déchets électroniques dans un article pour Vice.

D’après un rapport de l’Union internationale des télécommunications, la planète a généré près de 44 millions de tonnes de déchets électroniques, soit 6,1 kilos par habitant en 2016. A titre de comparaison en 2014 on dénombrait 5,8 kilos par habitant. On peut rajouter que sur les 44 millions de tonnes de déchets, 80% n’ont aucune traçabilité.

agbogbloshie-18_1_orig
Décharge Agbogbloshie – © manigliaromano.weebly.com

Dans le schéma classique de l’économie dite linéaire, l’Afrique se retrouve encore en 2018 paradoxalement au début de la chaîne avec l’extraction des ressources et à la fin du cycle avec la gestion des déchets.

Nous sommes encore loin d’une économie circulaire peut être à minima plus respectueuse de l’environnement que le système actuel…

Pour aller plus loin…
– Reportage photo the guardian
– Reportage photo Maniglia
– Article Mr. Mondialisation sur le sujet
– Blog de Robin Ingenthron

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s